La place du rêve dans l'approche des psycho-traumatismes

Les rêves constituent une exceptionnelle fenêtre ouverte sur le trauma et ses effets. Mais cette ouverture nous présente une version des événements qui peut sembler chaotique de prime abord.
Depuis la nuit des temps les humains ont cherché dans les rêves des réponses aux grandes questions existentielles ou spirituelles.

Depuis les Lumières l'approche du rêve s'est considérablement différenciée entre une approche réputée scientifique, débarrassée des oripaux de la magie (Freud) et une approche mystique qui suivit un cours plus ou moins régulier dans les soubassements de nos cultures.
Les neurosciences ont permis une autre approche qui demeure encore incomplète, mécaniciste, computationnelle et allégée du fardeau de l'impact émotionnel.
Même si la rencontre initiée par Francisco Varela entre scientifiques, philosophes et le Dalaï Lama permet d'entrevoir des ouvertures vers les univers que la science voit d'un œil suspect, tels la méditation, les rêves lucides, les sorties du corps, etc.

Cependant dans la lignée des travaux de C. G. Jung, fort mal considéré en France, des chercheurs et des praticiens on tenté d'explorer la voie non pas d'un sens caché du rêve mais comme révélant une dynamique de l'organisme susceptible de dévoiler des réalités que notre conscience ignore...
Dans l'approche des psycho-traumatismes une telle approche dévoile des aspects extrêmement intéressants sur l'impact du trauma et sur son évolution au cours du temps, avec ou sans accompagnement thérapeutique.